Quels peuvent être les impacts potentiels du Coronavirus COVID-19 sur l’environnement ?

Le Coronavirus et l'Environnement
Le Coronavirus et l'Environnement
5
(3)

La réduction des déchets et l’environnement en France

Avant cette alerte sanitaire, les français étaient bons élèves en matière de réduction des déchets. En effet, en 2019, ils ont la possibilité de consommer sans emballage grâce à 200 épiceries en vrac. La France arrive ainsi à la première place mondiale en nombre de commerce de détails Zéro Déchet. Quand on sait que chaque habitant produit environ 400 kilogrammes de déchets par an (soit 2 fois plus qu’il y a 40 ans…), ça donne à réfléchir sur nos habitudes de consommation. Heureusement, de plus en plus de magasins jouent le jeu en proposant des produits sans emballage. Mais en matière d’environnement, des améliorations sont attendues car seulement une partie de nos ordures ménagères sont revalorisées. De plus, les pics de pollution dans certaines grandes villes (Paris, Lyon, Grenoble, …) sont de plus en plus importants et soulèvent également des questions sur nos habitudes de déplacement.

reduction des dechets

Le chamboulement de nos habitudes pendant le confinement

Beaucoup d’entre nous ont revu leurs modes de consommation et de déplacement au fil des années. Nous achetons au maximum en vrac et fabriquons beaucoup à la maison (lessive, savon-vaisselle, tablettes de chocolat, produits d’entretien…). Nous restreignons au strict nécessaire les déplacements en voiture. Mais pendant ce confinement, même si nous limitons drastiquement nos déplacements, nous privilégions les achats au plus proche (ou au plus pratique : le drive !) dans des magasins de proximité ne proposant pas ou peu de produits sans emballage. Nous nous retrouvons donc à acheter des produits alimentaires que nous ne consommons pas habituellement avec énormément d’emballages ! Les enfants sont contents, ils profitent exceptionnellement de produits habituellement « prohibés » par leur composition et leur suremballage ! Mais notre poubelle jaune se remplie à vue d’œil sans que nous puissions agir autrement. Si la limitation de nos déplacements à un impact positif, la consommation des produits suremballés a nécessairement un impact négatif sur l’environnement !

suremballage

Les recommandations sanitaires favorisent les produits de consommation jetables

Sans compter l’impact du jetable hygiénique qui contraint la population à utiliser des mouchoirs à usage unique, du gel hydroalcoolique (emballage plastique), des masques de protection chirurgicaux ou FFP2/FFP3 (à renouveler toutes les 3 heures) et des gants jetables. Nous approuvons tous ces obligations sanitaires mais cela pèse lourd dans la balance des déchets non recyclables. Au-delà de rester impérativement chez soi, les solutions alternatives, pour ceux qui le peuvent, sont :

  1. Le lavage des mains à l’eau et au savon, le plus souvent possible
  2. La fabrication de masques en tissu
  3. L’utilisation de gants lavables.

N’oubliez pas que ces articles réutilisables sont à laver à 30 degrés minimum avec votre détergent habituel après chaque utilisation. Ne pensez pas à utiliser vos beaux mouchoirs lavables, ils peuvent bien attendre quelques semaines avant de faire leur retour ! Tous ces efforts seront rapidement récompensés !

L’amélioration écologique due à notre slow-life temporaire

Les bienfaits incontestables de cette mise en quarantaine se font déjà sentir en France. Nous respirons mieux dans les grandes villes grâce à la baisse des transports et la fermeture de certaines usines : les montagnes Grenobloises et les monuments Parisiens s’admirent à des kilomètres.  La nature nous remercie pour ce ralentissement du réchauffement climatique qui nous menace. Le printemps prend son essor et nous profitons, comme jamais, de ses chants d’oiseaux.

4 massifs Grenoble

Mais qu’en sera-t-il à la fin de ces restrictions obligatoires ? 

Une fois cette période de confinement terminée, nous serons heureux de pouvoir reprendre nos chères habitudes, de pouvoir aller au marché et discuter avec nos producteurs locaux. Nous retournerons faire nos courses de vrac auprès de notre magasin favori. Nous serons encore plus actifs et enthousiastes à l’idée de ne pas surcharger notre poubelle de tri ! Et pouvons-nous espérer que ce manque de liberté de mouvement aura fait prendre conscience à de nombreux Français qu’une nouvelle forme de consommation est possible, plus réfléchie et responsable. Imaginons aussi que nos concitoyens verront le Zéro Déchet d’un autre œil en le privilégiant au maximum. Ils auront fait beaucoup de fabrication-maison afin de s’occuper (et occuper leurs enfants !) et auront apprécier leurs bienfaits ! L’équipe de ZERRO, toujours extrêmement optimiste, croit à un nouvel ordre écologique en matière de réduction des déchets ! Et vous ?

Avez-vous aimé cet article ?

A vous de noter !

Note 5 / 5. Nombre de votes : 3

Soyez le ou la première à noter cet article !

Merci pour votre vote !

Ne manquez rien en créant du lien sur les réseaux sociaux !

Nous sommes confus...

Aidez-nous à nous améliorer.

Dites nous comment nous pourrions améliorer cet article.